Bandeau
Liber radicum
Slogan du site
Descriptif du site

Le Sefer ha-shorashim de David Qimḥi (c.1160 - c.1235), qui présente, dans l’ordre alphabétique, les racines permettant de regrouper commodément tous les mots de l’hébreu biblique est rapidement devenu un instrument indispensable à la compréhension du texte sacré, dans les communautés juives à l’époque médiévale, puis chez les humanistes chrétiens dès les prémices de la Renaissance. Bien que conservé dans près de 80 manuscrits hébreux, auxquels s’ajoutent plus de 150 fragments (de 1 à 70 folios) cotés dans l’ensemble des bibliothèques – ce qui témoigne d’une très large diffusion dans les centres juifs, au cours du Moyen âge –, édité huit fois entre 1469 et 1546, le Sefer ha-shorashim n’a pas fait l’objet
d’édition critique.

Le projet vise à mieux cerner la transmission et l’impact de cet ouvrage qui a façonné la compréhension littérale de la Bible, tant chez les juifs que chez les chrétiens, et ce jusqu’au XIXe siècle. Trois axes éditoriaux sont envisagés : l’édition critique du texte original à partir des manuscrits les plus fiables avec, en regard, l’édition de la traduction latine faite par (ou pour) Gilles de Viterbe et conservée à la bibliothèque Angélique à Rome (Ms 3) ; le devenir et la postérité du texte dans les sources juives et chrétiennes et un travail plus spécifique autour des éléments exogènes au texte hébreu, les gloses vernaculaires. Au-delà de ces éditions électroniques, ce projet se veut une contribution à l’histoire de la lexicographie et à l’histoire des textes en permettant un dialogue informatique entre les leçons des manuscrits, hébreux et latins, et les premières éditions.


David Qimḥi’s Sefer ha-Shorashim providing, in alphabetical order, the roots of all the words present in the Hebrew Bible, has rapidly become an indispensable tool for the understanding of the sacred text, in the Jewish communities during the Middle ages, and later for the Christians Hebraists from the early Renaissance onwards. Although this work has been preserved in more than 80 manuscripts, to which one must add 150 fragments (from 1 to 70 folios) hosted by various libraries all over the world – an element which attests of a wide dissemination in Jewish centers during the medieval period –, no critical edition has ever been undertaken.

This project aims to better understand the transmission and the reception of a study tool which has fashioned the literal understanding of the Bible, as much among Jews as among Christians, until the nineteenth century. Three directions will be considered : facing each other, the critical edition of the Hebrew text based on the most reliable manuscripts and that of the Latin version which was undertaken by (or for) the Cardinal Giles of Viterbo ; a more specific work around the exogenous elements to the Hebrew text, the vernacular glosses, and finally the destiny and fortune of Sefer ha-Shorashim in both Jewish and Christian exegetical and theological literature. Beyond these electronic editions, the project aims at offering a contribution to the history of lexicography and to the history of textual traditions by allowing a virtual dialogue between the variants of Hebrew and Latin manuscripts, and the printed editions.



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.9
Hébergeur : IRHT